Follow by Email

jeudi 12 juillet 2012

Un exemple de désinformation internationale


Les choix sociétaux (suppression de la peine de mort, dépénalisation et facilitation de l'avortement, projets en faveur de l'euthanasie...),  les grandes décisions économiques (politique de libre échange, lois de finances et en particulier les création de nouvelles taxes et contributions...), les engagement internationaux ( Bosnie, Kosovo, Irak, Afghanistan, Libye...) et toutes décisions d'importance pour lesquelles l'assentiment des citoyens est nécessaire, et/ou celles capables d'influencer leurs votes futurs sont préparés et accompagnés par d'habiles campagne de désinformation.

Il faut connaître et dénoncer ce mécanisme ( qui est mondial) pour se désintoxiquer du flux continu dont on est l'objet.

Un exemple récent de cette désinformation mise en oeuvre pour convaincre de la nécessité d'une intervention internationale sur le territoire d'un pays étranger (= en fait d'une ingérence) nous a été donné par Polémia le 8 juin 2012.

"Houla (Syrie) : encore une bavure médiatique ou une manipulation calculée ?

 libye moyen-orient otan syrie propagande    

Une polémique s’est ouverte à la suite de l’utilisation mensongère récente par la BBC d’une photographie prise il y neuf ans en Irak. Le coup est classique, Polémia l’a déjà traité lors de sa première cérémonie des Bobards d’Or en 2010.
Néanmoins, ce qui vient de se passer avec la célèbre chaîne britannique va au-delà de la négligence du journaliste de service, puisque, non seulement on décèle des intérêts financiers, mais encore on soupçonne quelques connivences sinon quelques complicités entre journalistes et politiques pour soutenir une propagande au bénéfice ou, au contraire, aux dépens d’un Etat souverain.
Comme le dit David Duke : « Les mass-médias mondialistes remuent ciel et terre pour qu’il y ait la guerre en Syrie, tout comme ils l’ont fait en Libye et en Irak. »
Polémia
_________________________________________________________________________________________

Le 27 mai 2012, la BBC publiait sur son site une photo montrant des cadavres alignés censés être ceux des Syriens massacrés à Houla.
C'était, en fait, un cliché pris en mars 2003 en Irak, au sud de Bagdad par Marco di Lauro.
En légende de la photo publiée sur le site de la BBC, on peut lire que le cliché a été transmis par un activiste, que son authenticité n’a pu être vérifiée, mais qu’il est censé montrer les victimes du massacre de Houla.
Le photographe, qui couvre depuis une quinzaine d’années la plupart des conflits internationaux du Kosovo au Soudan, est bien en cour auprès des grands médias occidentaux, qui lui achètent régulièrement ses clichés.
Ses images, diffusées par l’agence Getty, sont publiées par les plus grands journaux et magazines du monde. 

En découvrant le cliché, le photographe a déclaré au Daily Telegraph avoir « failli tomber de sa chaise », ajoutant :
« On utilise sans autorisation, comme preuve du massacre de Houla, une de mes photos à des fins de propagande antisyrienne sur la page d'accueil du site de la BBC. »

« Je suis très surpris qu'un organisme comme la BBC ne prenne pas la peine de vérifier ses sources et soit prêt à publier n'importe quelle photo envoyée par un simple militant, ou un journaliste ou qui que ce soit d'autre. »

La photo qui illustrait l’article intitulé: « Indignation croissante et condamnation après le massacre de Houla » a été retirée du site sitôt après l'identification de la source.
Ci-dessous, un article de Keith Harmon Snow, « Slaughter Slant: Houla Massacre Sparks Media Blame-game », publié le 30 mai 2012 par Dissident Voice et qui donne un certain éclairage à cette manipulation."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire