Follow by Email

lundi 9 juillet 2012


 Solidarité avec les chrétiens serbes

Solidarité avec les Serbes chrétiens face aux manigances itératives de Washington pour les spolier de chez eux au profit des musulmans du Kosovo, notamment  venus d'Albanie pour coloniser le pays (ces Albanais qui sont chez eux chez les Serbes...). C'est toute la politique du géopolitologue américain Zbigniew Brezinski décrite dans le Grand Echiquier, visant à affaiblir l'Europe et la Russie, mise en oeuvre depuis le président Carter mais qui tire son origine bien avant ses écrits, soit dans une approche anglo-saxonne de la problématique depuis plus d'un siècle.

C'est donc très volontiers que nous reprenons ici l'article mis en ligne par Nation Presse.

Il est indiqué ici que pour une approche plus complète et régulière de la problématique des rapports avec la Russie et le monde orthodoxe, on pourra se reporter au site de l'Alliance France Europe Russie et pour un suivi systématique et plus global de la géopolitique à l'excellent site Realpolitik.tv  du géopolitologue Aymeric Chauprade.

Jean-Claude Philipot

"Kosovo : Washington soutient le nettoyage ethnique

Un haut responsable américain a appelé samedi la Serbie à accepter de gré ou de force « l’indépendance » autoproclamé de la province serbe du Kosovo lors d’un sommet régional en Croatie, alors que le nettoyage ethnique de civils serbes et non-albanais de la part des extrémistes pan-albanais se poursuit.
Philip Gordon, sous-secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes et eurasiatiques (qui dépend du Département d’Etat d’Hillary Clinton), lors d’un sommet des dirigeants de l’Europe du Sud-Est qui s’est tenu à Dubrovnik (côte dalmate croate) ce week-end, a insisté sur le fait que Belgrade aurait l’obligation de reconnaître de gré ou de force « l’indépendance » autoproclamée par la majorité oppressante albanaise de cette province serbe occupée depuis juin 1999.
Le responsable américain a ajouté que Belgrade doit cesser de soutenir les structures sécuritaires et judiciaires serbes dans le nord du Kosovo, seules garanties de survie de la minorité serbe orthodoxe face à la pression albanaise. Sur les quelque 120.000 Serbes vivant encore au Kosovo qui compte environ deux millions d’habitants, 40.000 résident dans le nord. Les autres survivent tant bien que mal dans des enclaves concentrationnaires dispersées sur le reste du territoire, à la merci des hordes armées pan-albanaises qui ont pris le contrôle de la province à l’été 1999 avec l’aide de l’OTAN et de la « Communauté internationale ».
La Serbie soutient les autorités locales serbes au Kosovo-Métochie en finançant plus ou moins leurs activités, notamment dans le domaine de la santé, de l’éducation et de l’administration. Sans ce soutien vital, les Serbes du Kosovo n’auraient d’autre choix que la valise ou le cercueil.
Ce sommet s’est tenu dans la ville de Dubrovnik parce que Zagreb a toujours été un partisan indéfectible de l’albanisation du Kosovo-Métochie et a même appuyé l’épuration ethnique des chrétiens orthodoxes, notamment lors des affrontements entre l’UCK et la police et l’armée serbe de 1997 à 1999, puis lors des pogroms antiserbes de mars 2008. Une politique qui rappelle celle qui fut menée par les extrémistes croates au pouvoir à Zagreb de mai 1941 à 1945.
Cette réunion a été marquée par la participation de l’ex-président serbe, Boris Tadic, qui a échangé une poignée de main avec le « Premier ministre » albanais, Hashim Thaci, un individu douteux qu’il n’avait jamais officiellement rencontré depuis « l’indépendance » du Kosovo. Hashim Thaçi, dit le Serpent, est intimement lié à la mafia albanaise et est largement impliqué dans le nettoyage ethnique de dizaines de milliers de Serbes du Kosovo depuis 1997. Tadic, candidat malheureux des mondialistes lors de la dernière présidentielle en Serbie contre le national-populiste Tomislav Nicolic, a tenu à affirmer par ce geste historique tout le mépris qu’il pouvait avoir envers le petit peuple serbe opprimé dans sa province historique.
Cette conférence régionale (qui excluait les représentants de l’Etat serbe) se tenait alors qu’un couple de Serbes, revenus vivre au Kosovo depuis 2004, venait d’être assassiné vendredi soir dans un village proche d’Urosevac. Une fois de plus, la minorité serbe n’a pu bénéficier de la protection de la KFOR, la force d’occupation de l’OTAN. Âgés tous les deux d’environ 55 ans, Milovan et Liliane Jevtic ont été assassinés à leur domicile dans le village de Talinovac. Ce double homicide est un message très clair envoyé par les groupes pan-albanais liés au gouvernement Thaçi aux chrétiens orthodoxes et autres minorités non-albanaises qui osent encore vouloir vivre en paix sur leur terre ancestrale : le Kosovo de demain doit être purifié de tout ce qui n’est pas albanais ; un message relayé par Washington ce week-end, en la personne de Philip Gordon".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire