Follow by Email

mardi 3 juillet 2012

 Nation Presse reprend sur son blog l'article ci-après publié le 1er juillet sur le blog Marianne 2

"Sauver l’euro : une politique « criminelle » selon un prix Nobel d’économie"

"Pour les prix Nobel Joseph Stiglitz (photo) et Paul Krugman, la politique économique menée par les dirigeants européens rend la récession inévitable. De ce constat, le chroniqueur de Marianne 2 Roland Hureaux tire deux conclusions : le cycle de récession dans lequel s’est engagée l’Europe inquiète tous ses partenaires. De plus, les psychologies des peuples de la zone euro sont trop différentes pour que la réussite économique de l’Europe soit assurée.
« Criminelle », rien de moins : c’est ainsi que Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, qualifie la politique actuelle de l’Europe visant à sauver l’euro et basée sur toujours plus de rigueur : politique d’Angela Merkel comme de François Hollande, malgré les velléités de politique de croissance de ce dernier, politique de Draghi, de van Rompouy et de Barroso. Le raisonnement est clair : les politiques menées par l’Europe – et particulièrement celles qui sont imposées aux pays faibles – ne peuvent qu’entraîner l’Europe dans la récession : « Les conséquences de cette précipitation de l’Europe vers l’austérité seront durables et probablement sévères. Si l’euro survit, ce sera au prix d’un chômage élevé et d’une énorme souffrance, notamment dans les pays en crise. »
Il ajoute que « la souffrance que l’Europe, notamment celle des jeunes et des pauvres, est en train de subir, n’est pas nécessaire ». « C’est ainsi que le plus grand atout d’une société, son capital humain, est en train d’être gaspillé voire anéanti. » « Il n’est aucun exemple d’une grande économie – et celle d’Europe est la plus grande au monde – qui se redresse grâce à l’austérité. » C’est ainsi que l’illustre économiste va jusqu’à dire que « l’obstination de ses dirigeants dans l’ignorance des leçons du passé est criminelle ».  "

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire