Follow by Email

jeudi 21 avril 2011

Demander la suppression des aides publiques pour la fondation Lambert



Nous venons d'apprendre par le site Nouvelles de France que le référé plaidé par l'Alliance Générale contre le Racisme et pour l'identité Française (AGRIF) avait été rejeté. L'AGRIF a été condamnée à verser à la collection Lambert 5 000 euros de dommages et intérêts pour le « préjudice » qui lui aurait été causé par cette action et à payer les dépens du procès d’un montant de 3 000 euros. L’association antiraciste a annoncé qu’elle allait interjeter appel de cette décision l'AGRIF. On se croirait en plein stalinisme.

Selon Nouvelles de France, l’avocat de la collection Lambert ainsi que les juges auraient choisi de s’inspirer, au moins de façon indirecte, du livre de Mgr Rouet et Mgr Louis « L’Église et l’Art d’avant-garde » pour motiver leurs conclusions.

Pour nous, ce n'est pas parce qu'il y a eu quelques divagations pour la modernité jusqu'à ses pires excès exprimées par certains, deux d'entre-eux fussent-il évêques, que le "piss Christ" ne comporte pas un message fort à caractère volontairement sacrilège. Le bon sens de la "base" , le "sensus catholicus" ( ce bon sens catholique) est là qui dit ce qui est acte sacrilège et ce qui est de l'art.

Le premier scandale reste bien celui révélé dans toute son ampleur par le journal Minute du 13 avril selon lequel la collection Lambert en Avignon dispose d'un budget de fonctionnement subventionné à 100% par des fonds publics (40% Etat, 40% ville et 20% région), le département mettant quant à lui un hôtel particulier à sa disposition. Cette approche réaliste, qui a été tout de suite la nôtre, est également celle du Professeur Debré: Il faut annuler ces subventions. Il faut annuler le contrat scandaleux par lequel la Collection Lambert en Avignon recevrait, selon Minute, 1 000 000 € par par pendant 10 ans contre le don de ses 350 "oeuvres" d'artistes autoproclamés ou mis sur le pinacle par un galeriste profitant de la bêtise, du snobisme ou de l'anti-christianisme de quelques bobos. il serait également intéressant de rechercher si un tel niveau d'aides est compatible les règles nationales, mais surtout communautaires.

L'affaire du piss Christ est ponctuelle. C'est en touchant aux subventions scandaleusement remises aux promoteurs de telles expositions, en appelant les consommateurs à se faire respecter des grandes sociétés qui les appuient qu'on aura une action plus structurante. C'est pour nous dans ce sens que nous invitons nos correspondants à écrire à leurs élus.

Nous signalons par ailleurs que la pétition lancée par Civitas continue.
Faites la signer dans votre entourage et suivez l'action que nos
amis conduisent.

http://www.defendonslecrucifix.org/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire