Follow by Email

samedi 8 octobre 2011

Quand les socialistes interdisent la liberté d'expression









Quand les socialistes interdisent la liberté d'expression


8 octobre, vers 13h30, l'Association Marnaise Christianisme et Société (AMCS) qui avait obtenu un stand au forum des associations ( Palais des congrès de Rems), installe son stand. Elle ne l'a pas fait le matin comme le programme le prévoyait au regard des quelques éléments de communication à sa disposition qui pouvaient être mis en place en quelques minutes, donc sans un aménagement spécial. L'association ne dispose pas de panneaux imprimés sur support PVC classé M1 pour l'incendie comme pour les associations richement dotées en subventions. Elle pouvait dès-lors installer ses quelques documents à la dernière minute. Elle s' était d'ailleurs assurée auprès du responsable de la sécurité du Parc des expositions que ces quelques rares supports en papier étaient tolérés. La plupart des associations avaient d'ailleurs disposé des tracts sur leurs tables, et des affiches en papier pouvaient également être vues.

Sur le panneau mural de l'AMCS deux affiches « Défendons le Christ. Non à la christianophobie ».

Sur la table :

  • un document de présentation de l'association comportant un bulletin d'inscription ;

  • un document AMCS « Profanations anti-catholiques : il est temps de crier notre indignation » (rédigé à la suite de la profanation du cimetière d'Igny Comblizy le 29 octobre 2010 );

  • un document AMCS « Une vie offerte. Agnès de Nanteuil » (dernière conférence de la l'association sur cette jeune résistante morte à 22 ans après son arrestation par la Gestapo);

  • le dépliant de Civitas « Non à la Christianophobie- Défendons le Christ » ;


Le stand de l'AMCS (n°151) est placé dans l'allée des stands des associations à message « citoyens », le forum distinguant ceux-ci de ceux de type sportif. Un peu plus loin, presque en face et à moins de 10 mètres les stands du Collectif Interculturel d'Associations de Migrants (n° 155), et de la LICRA (n° 156). De son côté et également à moins de 10 mètres le stand du collectif de lutte anti-fasciste (n°159).

Moins d'une heure et demie après l'installation du stand, et alors que le député maire ( PS) de Reims, Madame Adeline HAZAN, vient de passer dans l'allée entourée d'un cortège « d'officiels », l'agent qui gère administrativement les inscriptions vient voir le commissaire colonel (e.r.) Jean-Claude PHILIPOT, président de l'AMCS qui tient le stand, en lui disant que le dépliant « Non à la Christianophobie- Défendons le Christ » doit être enlevé. Il est passé le matin pour faire le tour des stands et n'avait rien vu. Maintenant les organisateurs lui ont dit que ce document n'avait rien à faire là et qu'il devait être enlevé.

Le président de l'AMCS, et seul à ce moment sur le stand, va alors au devant du député maire et lui indique qu'on l'a invité à enlever ce document. Elle approuve cette décision, confirmée par un des organisateurs présents à ses côtés, bredouille deux mots et tourne les talons avec son cortège et son garde du corps.

Jean-Claude PHILIPOT décide alors de fermer le stand au regard de cette censure inadmissible.

Voilà comment, en République Française, dans une commune gérée par une socialiste, on respecte la liberté d'expression




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire