Follow by Email

lundi 8 novembre 2010

Profanations anti-catholiques : Il est temps de crier notre indignation !

Les profanations contre les tombes, les calvaires et les lieux de culte catholiques se multiplient ces derniers temps, au milieu de l’indifférence des autorités et des médias, intéressés uniquement par ce qui touche les juifs ou les musulmans.

Le Ministère de l’Intérieur a recensé, à la date du 3 novembre dernier, un total de 485 profanations en France depuis le début de l’année, qui concernent soit des cimetières soit des lieux de culte. L’immense majorité de ces profanations (85 %) s’en prend aux symboles et aux lieux de culte catholiques.

Parmi les faits les plus récents, citons :

  • Le caillassage des fidèles assistant à la messe du 2 novembre à Carcassonne. Deux jeunes gens se sont introduits dans l’église durant la messe, ont lancé sur l’assistance des cailloux et des projectiles avant de prendre la fuite.

  • La profanation du Saint Sacrement dans l’église Saint-Laurent de Billière, près de Pau (Pyrénées Atlantiques), le 29 octobre. Le tabernacle a été forcé et les hosties consacrées qu’il contenait ont été éparpillées sur le sol. Le maire, Jean-Yves Lalanne, a osé déclarer à cette occasion : « C’est une incivilité, un acte de petite délinquance » !

  • Tous près de Reims, dans la Marne, dans le cimetière d’Igny-Comblizy, ce sont 127 tombes, oui, vous avez bien lu : 127 tombes, qui ont été profanées dans la nuit du 23 au 24 octobre (61 stèles ont été brisées ou renversées, 66 endommagées). Un jeune homme de 15 ans a été arrêté. Le substitut du Procureur s’est empressé de déclarer : « Il n’y a aucune connotation religieuse ni raciste. La piste de l’alcoolisation semble la plus probable ». Evidemment, il ne peut s’agir que d’un banal fait divers, à relater à la page des chiens écrasés, car il s’agit de profanations anti-catholiques. Le maire, Michel Rifflard, reste dubitatif : comment un adolescent de 15 ans, décrit comme gringalet, aurait pu seul détruire et endommager un si grand nombre de stèles ?

Avez-vous entendu parler de ces faits graves dans les journaux ou sur les ondes ? Très probablement non : ces faits ne sont exposés que dans des petits entrefilets de la presse régionale. Seuls des blogs comme Indignations réalisent le travail courageux de les recenser.

Avez-vous entendu des déclarations indignées de nos hommes politiques, du Président de la République, du Ministre de l’Intérieur, du Préfet ? Rien. Silence assourdissant. Ce ne sont que des croix que l’on brise, des hosties que l’on profane, des sépultures de chrétiens que l’on viole.

La fréquence de ces profanations augmente et rien n’est fait pour arrêter cette spirale de la haine anti-chrétienne. Les groupes satanistes prolifèrent (le festival de musique rock sataniste dénommé Hellfest, la fête de l’enfer, est financé par le Conseil Régional des Pays de la Loire), les grands medias adoptent une ligne de plus en plus anti-cléricale et haineuse envers l’Eglise catholique, les populations musulmanes se radicalisent et on rejette les signes chrétiens encore présents dans la société, comme le simple fait de mettre un sapin de Noël dans un lieu public.

Nous crions notre indignation devant ces attaques insupportables et répétées qui atteignent tout ce que nous avons de plus sacré : le respect dû à nos morts, la croix du Christ, les images de Notre-Dame et des saints, les églises et, au-dessus de tout, les hosties consacrées. Nous exigeons des pouvoirs publics qu’ils fassent leur travail pour assurer aux catholiques et à leurs lieux de culte la sécurité et le respect.

N’hésitez pas à faire connaître au Préfet du Département votre indignation, notamment au sujet des profanations du cimetière d’Igny-Comblizy. Si nous ne faisons rien, demain, ce sera votre église qui brûlera et les tombes de vos ancêtres qui seront profanées.

Pour notre part, nous avons transmis la lettre suivante ( cliquez sur les deux mots en bleu précédents).

Rejoignez-nous, et au plan national, venez militer au sein de Civitas et Civitas jeunes.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire